Les Cyclotouristes Albertvillois

Accueil > Sorties > Section route > La « Hamster Classique »

Randonnée pas classique en Alsace pour Marc, Hervé et Rodolphe

La « Hamster Classique »

un projet un peu extrême quand même !

dimanche 26 mai 2019, par Le secrétaire


La « hamster Classique »  : randonnée de 440 kms pour 6000 m. de D+ entre Alsace et Forêt Noire à faire en 36 heures
Nous n’aurions jamais connu cette randonnée sans un coup de fil de Nicolas (organisateur de la Hamster) dans l’été 2018 ; il faisait Strasbourg-Milan à vélo et il cherchait un lieu d’hébergement pour la nuit vers Albertville. Et c’est comme cela, grâce à Warmshowers, qu’une amitié se noua entre Rodolphe et Nicolas.
Quelques mois après,samedi 18 mai, nous voilà, Marc, Hervé et Rodolphe, sur le Pont Couvert de Strasbourg à attendre, avec 37 autres cyclos, que le drapeau à damier se baisse. En regardant les équipements, la moyenne d’âge et les vitesses annoncées des autres concurrents, nous nous demandons un peu plus ce que nous faisons là !
Le départ est donné et chacun s’éparpille rapidement à la sortie de Strasbourg : seuls quelques tronçons sont obligatoires.
6 montées nous attendent et on nous promet des pourcentages avoisinant les 19% ! Fichtre, ils ne s’étaient pas trompés !
La première partie en France est bien avalée ; les 2 grimpettes (Le Champ de Feu et Le Lac Blanc) nous permettent d’aborder Fessenheim pour la traversée du Rhin, avec 2 heures d’avance sur notre feuille de route ; la forêt est bien différente de chez nous : des grands sapins jalonnent les routes, c’est magnifique.
L’Allemagne nous fera apprécier les 2 heures d’avance : bientôt nous avons…2 heures de retard !
Il faut dire que la montée au Schauinlandbahn est longue et terrible ; une partie se fera même à pied !
Nous arrivons quelques minutes avant la fin du contrôle (ils n’attendaient plus que nous !) mais la bonne humeur reste de mise.
La descente sur Fribourg est glaciale et interminable : en journée cette descente est surement magnifique, mais de nuit avec une chaussée humide, c’est une autre chose !
Pour la traversée de Fribourg, ça tâtonne un peu au départ, mais le bon axe est ensuite trouvé.
Direction le Brandendoph ! Le chemin le plus direct impose quelques kilomètres en gravel : nous restons sur la route : après des pourcentages de fou, nous voilà proche des éoliennes annonciatrices du sommet. Mais juste avant, nous redescendons des kilomètres ! Il va falloir tout remonter et là les allemands sont très forts pour trouver des pentes de raideurs extrêmes ! Le Galibier ressemblerait presque à un col classique ! Décidément, cet hamster n’est pas si classique que ça !
Après avoir dormi ¾ heures sous un abris bus avant le dernier sommet allemand (l’Allerheilingen), la pluie fait son apparition !
C’est sous le brouillard et le crachin que nous basculons de l’autre côté de la montagne après un ravitaillement bien apprécié au point de contrôle ;
Il nous reste plus qu’à retraverser le Rhin, prendre le canal Marne-Rhin pour accéder au château du Haut Barr, lieu du dernier contrôle avant le lieu d’arrivée.
Sur le papier cette étape ne comportait pas de grosse difficulté : mais il y en avait une ! La navigation
Et là, très peu préparé, nous avons tourné et retourné ; au grand dam de Marc qui avait cassé son câble de dérailleur : il terminera sur le petit pignon, chapeau !
Nous finissons par trouver notre canal : la monotonie s’installe d’autant plus facilement que la fatigue est maintenant là ! Mais notre bonne humeur marquée et remarquée ne nous quitte pas
La dernière difficulté avalée, moins raide et moins longue, nous arrivons peu après devant la brasserie de Cosswiller, lieu d’arrivée, 20 minutes avant le gong final !
Nous sommes donc « finishers » !
Et devant notre bière (alsacienne bien sûr), on se dit que l’on serait bien au départ l’année prochaine ! Vive le cyclo !

Répondre à cet article

Contact | | Plan du site |  RSS 2.0 SPIP